Qualité & sécurité

Le développement durable

Nachhaltigkeit
La détention d’animaux de rente est une tradition en Suisse. La nature, le climat et une règlementation stricte créent dans notre pays des conditions idéales à la production d’une viande de haute qualité dans le respect des besoins des espèces et de l’environnement.

En Suisse, le parcours de la viande du pâturage à l’assiette est régi par une règlementation stricte. Outre la détention conforme à l’espèce, l’utilisation judicieuse des ressources naturelles est particulièrement importante.

Normes écologiques

En Suisse, les normes en matière d’agriculture respectueuse de l’environnement sont très élevées. Les Prestations écologiques requises (PER) en font partie. Les agricultrices et agriculteurs qui satisfont aux prestations reçoivent une contribution financière de la Confédération. Actuellement, 98% de la production répond aux PER. Les directives fédérales règlent

  • la détention des animaux,
  • l’utilisation de fumure,
  • l’utilisation de produits phytosanitaires,
  • la promotion de la biodiversité et
  • la protection du sol et des eaux.

Par ailleurs, la Suisse promeut spécifiquement

  • la diversité des espèces,
  • des conditions particulièrement respectueuses en matière de détention d’animaux,
  • l’exploitation durable des régions d’estivage.

La Suisse, pays d’herbages

L’entier de la surface agricole utile en Suisse ne convient pas à l’agriculture. Des prairies alpines très pentues, des sols arides et un climat rigoureux ne permettent pas une exploitation rentable. Mais ces herbages sont utilisés à bon escient: des vaches, des chèvres, des moutons et d’autres ruminants broutent de l’herbe, du foin et des plantes fraîches. Ils produisent des aliments précieux tels que du lait et de la viande ainsi que d’autres produits utiles tels que la laine et le cuir.

En Suisse, les bœufs mangent 91,5% de fourrage indigène.

 

Et même plus chez la famille Gschwind. Dans la vidéo, Jolanda et Werner Gschwind te montrent où réside leur différence.

En résumé: l’exploitation des pâturages produit de la nourriture sur des surfaces qui ne seraient sinon pas utilisables pour la production de denrées alimentaires. L’agriculture suisse produit ainsi elle-même 85 % des aliments pour animaux. Elle génère bel et bien des émissions de CO2, mais les sols riches en humus contribuent à l’emmagasiner.

La Suisse, château d’eau

La production de viande nécessite beaucoup d’eau dont la plus importante quantité est utilisée pour la production d’aliments pour animaux. Comme la quantité de pluie est suffisante en Suisse, nos prés et nos champs ne doivent être que rarement irrigués. La consommation d’eau fraîche imputable à l’agriculture n’est que de 2% en Suisse, contre 70% à l’échelle mondiale.

La Suisse, pays du lait

En Suisse, production de lait et production de viande vont de pair. Car les vaches ne produisent du lait que si elles donnent naissance à un veau chaque année. En fonction du but de l’élevage, on distingue les races laitières, les races à viande et les races à deux fins.

La petite Suisse

En comparaison internationale, l’agriculture suisse est à petite échelle. Les exploitations industrielles sont rares, la plupart sont familiales. La taille des cheptels est raisonnable, les distances de transport sont courtes et la transformation régionale fortement ancrée.